Vie & Cancer Partenaires
Traitements

Traitements

Chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie et maintenant immunothérapie. De quoi parle-t-on ?

Vous êtes ici : Accueil > Traitements > Soins de support : l’art-thérapie

19
juillet
2016

Soins de support : l’art-thérapie

Le 19 juillet 2016 dans la catégorie Traitements
Soins de support : l’art-thérapie
Traitements

Dans le cadre des traitements, on tend de plus en plus à intégrer d'autres aspects que la pure mécanique biologique, on parle alors de soins de support. L'art-thérapie appartient à cette nouvelle famille et a pour but d'aider le patient "à se ressourcer face au stress et à la fatigue, retrouver une qualité de vie qui favorise la disponibilité aux soins et le retour vers la santé". Cancer contribution, une initiative française de collaboration collective sur les questions liées au cancer, a interviewé Laurence Bosi, art-thérapeute et fondatrice de l’association Médecins de l’Imaginaire.

Une définition de l’art-thérapie :

Une pratique de soin qui utilise le processus de création pour remettre en mouvement psyché et corps.

Qu’est-ce que c’est que l’art-thérapie : à qui s’adresse-t-elle ? Quels sont ses bénéfices ? Dans la pratique, comment se déroule un atelier ?

L’art-thérapie s’adresse à tous : tous les patients sont les bienvenus et aucun prérequis n’est nécessaire, l’important est d’avoir envie de ‘jouer le jeu’.
Les participants à nos ateliers peuvent avoir des âges différents, mais aussi des diagnostics et des parcours thérapeutiques différents… il n’y a pas de règles et il n’y a pas de conditions, sauf celle de s’engager suivre le parcours (qui compte 8 rencontres) car l’effet de l’art-thérapie se fait sentir au fil du temps.

En ce qui concerne la ‘pratique’ des ateliers, l’art-thérapie recourt à la peinture, au collage, à la visualisation, à la poésie, à la musique… l’art-thérapeute, tel qu’un chef d’orchestre, choisit et alterne ces formes, les mélange comme des ingrédients qui amènent à la création. Dans le processus, les participants engagent leur corps, créent une connexion.

Dans une tribune publiée récemment Laurence souligne que les effets de l’art-thérapie sont désormais prouvés scientifiquement : ces études renforcent ce que les témoignages des patients et l’observation ont toujours soutenu :

Mon expérience empirique m’a toujours dit ça : lorsque j’observe les participants pendant les ateliers, j’ai la sensation que quelque chose se passe ; les patients n’ont pas de nausées, ils arrivent à se détendre… à exprimer des émotions fortes, à centrer leur attention sur une expérience positive.

L’art-thérapie permet au patient de demeurer actif, créatif : si la médecine et les traitements sont indispensables à la survie, l'accompagnement humain et le support de l'art-thérapie sont nécessaire pour aider à intégrer la maladie dans le parcours de vie. Ces ateliers sont l’occasion de revenir sur le parcours de maladie, prendre du recul et mettre cette expérience en perspective ; s’interroger, comprendre et commencer à imaginer l’après, envisager un futur.

Malgré le fait que l’art-thérapie soit désormais reconnue comme un soin de support et que son efficacité a été démontrée par des études scientifiques et par l’expérience, pérenniser et développer la présence de ces ateliers est un véritable défi.

Les cycles d’ateliers que nous proposons sont conformes aux protocoles internationaux : pour garantir leur bon déroulement et leur efficacité il est important d’établir des collaborations dans la durée avec les services ; avoir les financements nécessaires et les conditions pour bien travailler n’est malheureusement pas simple.

Pour l’instant, Médecins de l’Imaginaire, assure son action dans 6 centres; l’espoir (et l’objectif) de l’association est celui de se développer et de faire bénéficier de son action un public plus vaste dans le futur.

Laurence Bosi a un parcours dans la publicité : une expérience qui l’a familiarisée avec « le processus de création, l’enthousiasme de trouver l’idée, le travail d’équipe ». Aujourd’hui Laurence forme les nouveaux praticiens en art-thérapie et encadre les équipes de Médecins de l’Imaginaire qui interviennent sur le terrain, tout en ayant son propre cabinet d’art-thérapie.

Médecins de l’Imaginaire existe depuis 13 ans et, en cette période, l’association a travaillé avec environ 1800 patients : « Lorsque j'ai fondé l'association Médecins de l'Imaginaire, sa vocation première était d'apporter l'art-thérapie dans le champ de la cancérologie pédiatrique », explique Laurence. Aujourd’hui, l’association intervient auprès des enfants, des adolescents, des jeunes adultes et aussi des femmes. Et les hommes ? « Nous commençons a en accueillir. L’art-thérapie est efficace sur tous les publics : simplement, la géographie des soins de support fait que les espaces qui permettent notre intervention sont souvent des espaces dédiés aux enfants, aux AJA ou aux femmes ».

Source: Cancer contribution