Vie & Cancer Partenaires

Vous êtes ici : Accueil > Conseils du coach > Se regarder avec bienveillance

15
mars
2016

Se regarder avec bienveillance

Le 15 mars 2016 dans la catégorie Conseils du coach
Se regarder avec bienveillance
Conseils du coach

"Je suis nul(le)", "je suis bête", "c'est idiot ce que je vais dire"... Qui n'a jamais pensé ou prononcé ce type d'affirmation à son propre encontre? L'amour bienveillant est comme une lumière, il jaillit de sa source et resplendit sur les autres. Or, trop souvent, nous avons tendance à être sévères envers nous. Et si nous tâchions plutôt de raviver cette source et de porter un regard bienveillant sur soi.

L'amour bienveillant, c'est l'amour qui n'attend rien en retour, tel celui d'un parent pour son enfant. Doublé de la compassion, l'amour bienveillant est celui qui construit des ponts, contrairement à la colère et la haine, énergivores et destructrices. Le plus étonnant, c'est le fait que bien souvent, nous pensons qu'il nous "faut" avoir cet amour bienveillant pour nos proches, alors que nous nous traitons nous-mêmes durement.

"Je suis nul(le)", "je suis bête", "c'est idiot ce que je vais dire"... Autant de petites phrases assassines lancées telles des flèches qui se plantent directement dans notre âme et notre cœur. Si nous placions directement ces mots durs dans la bouche des autres, nous serions outrés et insultés qu'ils nous parlent ainsi. Alors, pourquoi le tolérer pour soi? 

Une fois n'est pas coutume, un coach parle rarement de ses expériences personnelles, mais je souhaite vous partager mon vécu à ce sujet. Longtemps, et même jusqu’il y a peu y a peu, j'ai été en lutte. Je voulais me battre contre le monde entier, pour des motifs que j'estimais (et que j'estime toujours): solidarité et justice pour tous. Et puis un jour, le cancer est arrivé dans ma vie. Mes proches, mués par de bons sentiments, utilisaient beaucoup le champ lexical de la guerre pour m'encourager. "Courage, bas-toi!", "tu es une guerrière!", "tu vas gagner!". Bizarrement, ces mots ne résonnaient pas du tout en moi. Pire, ils me heurtaient. Je travaillais dans un mouvement pacifiste, mais ce n'était pas l'unique raison. Me battre, c'était user de l'énergie, une énergie dont j'avais besoin pour guérir (lire à ce sujet "Le pouvoir anticancer des émotions", du Dr Christian Boukaram)..  

Aujourd'hui encore, il m'arrive de me sentir fatiguée, parce que des années de luttes permanentes ne s'effacent pas en un clin d’œil. Dorénavant, j'en prends conscience, je l'acte, et je suis plus bienveillante à mon égard, ce qui me permet de diriger mon énergie vers quelque chose qui me fait du bien, qui est constructif. C'est un processus dont j'ai déjà parlé dans le dernier conseil coach "Sois fort" à l'occasion de l'interview de Mathias Malzieu pour son livre "Le vampire en pyjama" (relire l'article et voir la vidéo).

Essayez de noter s'il vous arrive souvent de vous traiter durement, prenez-en conscience et remplacez ces mots négatifs par des mantras bienveillants. Par exemple: "j'ai fait de mon mieux", "j'ai essayé et je m'en félicite, même si cela n'a pas donné les résultats escomptés"...  Regardez-vous avec bienveillance, choisissez de vous comporter comme une Mère pour vous-même (dans le sens rôle symbolique, dont Jung parle en décrivant les archétypes de l'inconscient collectif). 

Je conseille la méditation guidée de l'amour bienveillant  (un enregistrement audio tirée de: Jon Kabat-Zinn (2010). Méditer, 108 leçons de pleine conscience (+ 1 CD audio enregistré par Bernard Giraudeau). Les Arènes.). 

 Un mot prononcé avec bienveillance engendre la confiance. Une pensée exprimée avec bienveillance engendre la profondeur. Un bienfait accordé avec bienveillance engendre l’amour.

Lao-Tseu