Vie & Cancer Partenaires

Vous êtes ici : Accueil > Conseils du coach > Un instant de patience est déjà une victoire

24
février
2017

Un instant de patience est déjà une victoire

Le 24 février 2017 dans la catégorie Conseils du coach
Un instant de patience est déjà une victoire
Conseils du coach

Le jour où le diagnostic du cancer tombe, on devient « patient », du nom désignant une personne soumise à un examen médical, suivant un traitement ou subissant une intervention chirurgicale, et de l’adjectif désignant celui qui supporte l’attente avec (plus ou moins de) calme. Dans les deux cas, on peut parler de subir l’action de quelque chose. Or la patience ne signifie pas forcément une attente passive, mais accepter activement le processus nécessaire à la réalisation de ses objectifs.

Une fois désigné « cancéreux », il faut se plier au protocole médicale, suivre les traitements dont on ne comprend pas toujours bien les tenants et aboutissants, mais dont on saisit qu’ils sont là pour assurer notre survie. Bien sûr, il existe des professionnels de la santé qui comprennent qu’ils ont une personne devant eux, et pas une mécanique à réparer. Ils prennent le temps de vous expliquer en termes compréhensibles ce qui va vous arriver, voire répondent à vos questionnements sur le bien-fondé de tel ou tel traitement. Hélas, souvent, les patients doivent patienter. Patienter pour les résultats du dernier examen, pour avoir une solution contre la douleur, pendant qu’on leur prodigue des soins (certes nécessaires). L’état de patient est celui l’attente.

Cette attente peut être vécue de deux manières, au choix : soit l’énervement et la lassitude nous posent en victime, soit la patience cultivée et l’acceptation du temps que prend le processus de soin et de guérison, nous amène à davantage de sérénité.  C’est de cette deuxième option dont il est question dans cet article, ou plutôt de comment faire de ces moments frustrants, un outil de ressourcement inestimable ? Comme le dit le Dalaï Lama : la patience est le seul remède à la frustration.

A l’ère de l’immédiateté, notre patience est plus que jamais mise à l’épreuve. En observant la nature, le simple rythme des saisons peut nous aider à conscientiser ce qui nous arrive : de l’hiver, et la nature endormie, nous passons doucement vers le printemps, la renaissance, et l’arrivée des délicats bourgeons, ensuite vient le moment de la moisson à l’été, puis le cycle de fin reprend doucement avec l’automne.  En plein traitement, c’est comme l’hiver, une saison de dénuement nécessaire pour mieux reprendre des forces et renaître à la vie. Mettre véritablement ce temps d’attente à profit en le considérant comme  partie du processus de guérison.
Hors traitement, une fatigue saisonnière, un moment de battement et d’incertitudes dans la vie, peuvent aussi être vécu comme une attente nécessaire à la réalisation d’un nouveau projet. « Un instant de patience est déjà une victoire », oui car l’attente acceptée est signe que vous êtes déjà sur la bonne voie.

Le lâcher-prise dont on parle beaucoup en développement personnel, devient ici nécessité. Accepter que le rythme de votre vie ne soit peut-être pas celui que vous auriez voulu. Finalement, accepter que notre route ne soit pas celle imaginée, est le premier pas pour entrevoir la beauté de celle qui s’offre à nous. Prendre le temps de prendre du temps peut paraître un conseil éculé, pourtant il est plus que jamais d’actualité. Posez-vous, soufflez, rendez grâce à ce que la vie vous offre, et surtout, cultivez la patience et vous récolterez la sérénité. « A trop hâter les choses, on manque le but », disait déjà Confucius.