Vie & Cancer Partenaires
Traitements

Traitements

Chirurgie, chimiothérapie, radiothérapie et maintenant immunothérapie. De quoi parle-t-on ?

Vous êtes ici : Accueil > Traitements > Repérer le développement du cancer avant qu'apparaisse la tumeur

27
janvier
2017

Repérer le développement du cancer avant qu'apparaisse la tumeur

Le 27 janvier 2017 dans la catégorie Traitements
Repérer le développement du cancer avant qu'apparaisse la tumeur
Traitements

Patrizia Paterlini-Bréchot est une pionnière. Oncologue, hématologue et directrice de recherche à l'université Paris-Descartes, elle traque le cancer là où personne ne le cherchait : dans le sang. La quête d'une vie qu'elle raconte dans « Tuer le cancer » (éd.Stock). La chercheuse explique ce traitement innovant dans le Elle.

ELLE. En 2014, grâce à votre test Iset, des médecins de Nice ont repéré chez des patients des cancers du poumon des années avant qu'ils n'apparaissent sur l'imagerie. Comment est-ce possible ?

Patrizia Paterlini-Bréchot. Dans le sang circulent des cellules sanguines, mais aussi des cellules d'organes qui se sont détachées. Parmi ces cellules rarissimes, certaines peuvent provenir d'une tumeur cancéreuse se développant de manière invasive. Notre test permet de les recueillir intactes et de les analyser. On peut ainsi diagnostiquer un cancer avant que la tumeur ne soit visible.

ELLE. Peut-on localiser la tumeur ?

Patrizia Paterlini-Bréchot. Nous sommes en mesure d'analyser les protéines spécifiques du cancer dont ces cellules sont issues. Donc, de déterminer l'organe dont elles proviennent. Mais, ce travail d'analyse moléculaire exige des moyens importants. En attendant, généraliser ces tests permettrait de mettre sous surveillance, via l'imagerie, ceux dont le test Iset est positif, en particulier les personnes à risque.

ELLE. À quoi sert cette détection si on ne peut pas agir tout de suite ?

Patrizia Paterlini-Bréchot. On trouvera la tumeur plus tôt en la surveillant et on gagnera d'autant plus de temps que l'imagerie devient plus sensible. Par ailleurs, bientôt, des traitements courts permettront de neutraliser les cellules cancéreuses dans le sang sans même connaître l'organe touché. Ce sera une grande avancée.


Cet article a été publié dans le magazine ELLE du 20 janvier 2017. 
"Tuer le cancer" de Patricia Paterlini-Bréchot aux éditions Stock